Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bibliothèque numérique : Bruxelles remonte les bretelles

    La Commission Européenne a adopté le 25 août dernier une recommandation sur la "numérisation et l'accessibilité en ligne du matériel culturel et la conservation numérique". A lire de près cela ressemble fort à un rappel à l'ordre...

    Après avoir rappelé le contexte de mise en place de ce projet et repris les grandes lignes de "i2010:bibliothèques numériques", le texte présente  des recommandations en 7 points. En résumé, le principal message est de dire aux Etat Membres : passez à l'action, fixez vous des objectifs, travaillez ensemble, partagez vos moyens matériels, évitez les doublons. Bref rien que des choses simples et de bon sens, mais qui visiblement ne vont pas d'elles-mêmes.

    Vu sur ZDNet

    Lien permanent Catégories : Bibliothèques numériques 0 commentaire
  • Au rayon 9-12

    Sur les conseils de ma Petite, quelques lectures pour juniors:

    • La mystérieuse bibliothécaire de Dominique DEMERS (dans la série "Les aventures de Melle Charlotte") Gallimard, Folio Cadet. L'histoire : Melle Charlotte devient bibliothécaire municipale. Elle est bien décidée à remettre sur pied la bibliothèque malgré les batons dans les roues que lui met le Maire. Mais elle disparait dans un de ses livres... Un extrait pour le plaisir : "La bibliothèque et sa bibliothécaire ne l'intéressaient pas plus (le Maire) que le sexe des ouistitis. [Il] aimait donner des ordres à sa secrétaire, regarder les matches de boxe à la télé et s'empiffrer de sandwiches à la viande fumée. Il n'avait jamais ouvert un livre de sa vie".
    • Panique à la bibliothèque de Eoin COLFER (vous savez, l'auteur de Artemis Fowl), Gallimard, Folio-cadet. L'histoire : 5 frères passent leurs vacances à la bibliothèque. Ici une autre vision "du métier" puisque "On raconte que la terrifiante bibliothécaire (surnommée Patator) ferait régner l'ordre et le silence à l'aide d'un mystérieux fusil lance-patates." Néanmoins, pendant ces vacances les garçons découvriront le plaisir de la lecture.
    • N'allez jamais à la bibliothèque...pour plaire à la fille dont vous êtes amoureux. de Hubert BEN KEMOUN, Pocket Jeunesse. L'histoire : Hugo est amoureux de Garance, qui elle-même est amoureuse des livres. Il y en a un en particulier qu'elle veut absolument lire...mais la bibliothèque est fermée...
    • Et Le Grand Classique : La bibliothécaire de Gudule, Livre de Poche - Monde imaginaire. C'est à la fois une histoire d'amour et une histoire fantastique. Je vous laisse découvrir le mystère...

    Rien encore sur les bibliothécaires ubiquistes, mais ça viendra !!

    Lien permanent Catégories : Perso 0 commentaire
  • So british

    Cette semaine je suis allée passer quelques jours en famille à Londres. J'ai réservé un hôtel par téléphone auprès d'une grande chaine, en prenant la promo la plus intéressante. J'arrive en taxi, je monte dans ma chambre et par la fenêtre que vois-je ???

    medium_BL.jpgeh, oui, la British Library, juste en dessous de moi... Je crois que c'est ça le destin !!!

    Bien entendu, je me suis fait une petite visite, en voisine...

    Le lendemain, au British Museum,  j'ai fait un tour dans la reading room.

    Et l'après midi chez "Mme Tussaud", en attendant le petit train nous étions dans une bibliothèque factice, comme celle des clubs londoniens.

    Bien entendu, j'ai terminé mon séjour par le bookshop...et rapporté LA bio de Virginia Woolf par Hermione Lee, et quelques essentiels de Calvin et Hobbes.

    Lien permanent Catégories : Perso 0 commentaire
  • Les bonnes pratiques

    Un petit tour des bonnes pratiques :

    • Avec humour, comment attirer les usagers à la bibliothèque ? Vous avez certainement suivi le débat caniculaire sur biblio-fr : l'air conditionné est-il un bon outil marketing pour faire venir les lecteurs ? réponse et autres idées marketing sur le blog de Annoyed Librarian.
    • Plus sérieux, on peut acheter le guide rédigé par Michael Stephens et intitulé : "Web 2.0 and libraries : Best Practices for Social Software".
    Lien permanent Catégories : Le web social 2 commentaires
  • bibliothèque 2.0

    A lire cet article de Jack M. Maness, intitulé "Library 2.0 Theory : Web 2.0 and its implications for libraries" qui fait une synthèse des concepts liés à cette notion. Il reprend 4 éléments essentiels selon lui qui caractérisent la bibliothèque 2.0 : "user-centered", "provides a multi-media experience", "socially rich", "communally innovative". Puis il récapitule les principaux outils du Web 2.0 et leur utilisation par les bibliothèques : messagerie, streaming media, blogs et wikis, flux RSS, mashups, tagging, réseaux sociaux.

    Lien permanent Catégories : Bibliothécaire Ubiquiste 0 commentaire
  • Folksonomies, oui, mais...

    A l’occasion de la sortie du 4ème BBF de l’année, je vous invite à lire l’article de Olivier Le Deuff intitulé "Folksonomies". Il est à rapprocher de "The Hive Mind" de Ellyssa Kroski paru sur son blog en décembre dernier. Très enthousiaste, Ellyssa nous en commente longuement les avantages ("Folksonomies are inclusive, current, offer discovery, are non-binary, are democratic and self-moderating, follow desire lines, offer insight to user behavior, engender community, offer a low cost alternative, and usability"), tout en acceptant quelques inconvénients ("Folksonomies have no synonym control, have a lack of precision, lack hierarchy, have a basic level problem, have a lack of recall, and are susceptible to gaming”).

    Cela mérite quelques commentaires : D’une part, la folksonomy ne se réduit pas au tagging, or elle semble une peu trop assimiler les deux ; d’autre part les inconvénients qu’elle attribue au tagging donnent d’eux-mêmes une réponse : le tagging n’est pas une classification, cela n’a rien à voir. Attribuer des mots clés, n’est pas organiser, loin de là.

    En fait l’objectif est différent (retrouver, mémoriser pour l’un, chercher l’information pour l’autre), le contexte d’utilisation est différent , l’usage est différent. Donc il n’y a pas lieu selon moi d’opposer le tagging et les modes de description des documents utilisés par les professionnels de l’information. Ils peuvent tout à fait co-exister sans se remettre en cause l'un l'autre.

    Quand j’utilise del.icio.us, ou quand je taggue sur ce blog, j’attribue des mots clés de manière très subjective, parfois même mnémotechnique, car ce que je cherche avant tout c’est de me souvenir de tel article ou tel site. J’ « indexe » ainsi quelques centaines de documents. Même si je les partage avec d’autres (et c’est là, je pense l’avantage majeur de la folksonomy), qu’ils trouvent l’info avec mes mots clés, ou pas, ce n’est pas ma priorité.

    Quand j’indexe un document de la bibliothèque, je respecte le vocabulaire contrôlé, parce que l’objectif c’est de permettre aux utilisateurs de retrouver ce qu’ils cherchent parmi des dizaines de milliers de documents. Cela n’a rien à voir.

    Pour conclure, je suis tout à fait pour le tagging et la folksonomy, je pense que les avantages sont multiples et en ce sens je suis assez d’accord avec Ellyssa, tant que l’on reste hors d’un contexte précis : celui de la recherche d’information.

    Cependant dans le cadre des bibliothèques et centres de documentation, les tags peuvent aussi nous servir à voir avec quel vocabulaire nos utilisateurs cherchent pour mieux adapter notre vocabulaire contrôlé et le faire évoluer. L’idéal ? un système qui ferait le lien entre les tags (tiens donc, ne serait-ce pas un genre de langage naturel ?) et les mots clés du catalogue. Mais rien de neuf dans tout cela !!

    Lien permanent Catégories : Le web social 0 commentaire