Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'avenir...vu du passé

A lire cet article de Karen Coyle intitulé "The future of library systems seen from the past" daté du 19/12/06. Elle s'est attachée à analyser les différentes visions de l'avenir des bibliothèques et centres de documentation au cours des années 1949-1984 afin de les confronter d'une part à la réalité des changement survenus et d'autres part à nos visions prospectives actuelles. Je vous en livre un court résumé...en français.

Ce qui s'est avéré exact : la plupart des auteurs avaient envisagé l'interaction à distance, l'accès au catalogue en ligne (et au catalogage partagé dont parle Griffin dès 1962), et même au plein texte; ils avaient également perçu l'évolution des capacités de stockage et leur diminution en volume physique gràce aux supports électroniques. Lancaster en 1970 prévoyait déjà la possibilité de créer et d'échanger des documents uniquement sous format électronique. Et bien sûr Karen Coyle revient sur le Memex de Vannevar Bush (à lire si vous ne connaissez pas : Internet, l'hypertexte et le web 2.0 prédits en 1945 !)

Les voeux pieux: ceux qui ont eu une vision un peu trop idéologique de l'informatique pensaient que les ordinateurs allaient très vite occuper les tâches routinières et libérer les professionnels de l'info-doc pour des fonctions plus "intellectuelles" : les PC auraient pu rapidement cataloguer, indexer et organiser les documents, répondre aux demandes d'information des usagers et les guider dans leurs recherches, permettant ainsi au bibliothécaire d'être plus disponible pour les services aux utilisateurs.

Ce qu'il n'ont pas vu arriver :

  • toutes les problématiques liées à la propriété intellectuelle et à la gestion des droits d'auteurs
  • la "désintermédiation" et l'indépendance des usages grâce aux moteurs et autres outils du web
  • la faible durée de vie des supports de stockage électroniques, magnétiques ou optiques
La conclusion de Karen Coyle est qu'il est donc primordial dans les essais de prospective de ne pas isoler la bibliothèque de son contexte économique, technologique et social.
Lien permanent Catégories : Métier 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.