Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le web social - Page 2

  • Connaissez vous Ning ?

    Connaissez vous Ning, outil simple de réseau social ? C'est Eric qui en a parlé sur son blog les Zed, je suis allée voir, et outre la simplicité évidente de l'outil, j'y ai trouvé un réseau social intitulé library 2.0. Allez voir, balladez vous, cliquez dans les onglets. Pourquoi pas un tel outil pour le BiblioCamp au lieu d'un wiki ? 

    Lien permanent Catégories : Le web social 0 commentaire
  • SlideShare

    Vu chez Fred Cavazza ce site de partage de diaporamas en ligne. Je l'ai testé, c'est pas mal et très simple : vous vous inscrivez, puis vous téléchargez votre (vos) powerpoint(s) qui est(sont) ensuite disponible(s) pour tout le monde comme vos favoris chez del.icio.us, vos photos chez Flick'r ou vos vidéos chez Youtube-Google.

    Lien permanent Catégories : Le web social 0 commentaire
  • Les bonnes pratiques

    Un petit tour des bonnes pratiques :

    • Avec humour, comment attirer les usagers à la bibliothèque ? Vous avez certainement suivi le débat caniculaire sur biblio-fr : l'air conditionné est-il un bon outil marketing pour faire venir les lecteurs ? réponse et autres idées marketing sur le blog de Annoyed Librarian.
    • Plus sérieux, on peut acheter le guide rédigé par Michael Stephens et intitulé : "Web 2.0 and libraries : Best Practices for Social Software".
    Lien permanent Catégories : Le web social 2 commentaires
  • Folksonomies, oui, mais...

    A l’occasion de la sortie du 4ème BBF de l’année, je vous invite à lire l’article de Olivier Le Deuff intitulé "Folksonomies". Il est à rapprocher de "The Hive Mind" de Ellyssa Kroski paru sur son blog en décembre dernier. Très enthousiaste, Ellyssa nous en commente longuement les avantages ("Folksonomies are inclusive, current, offer discovery, are non-binary, are democratic and self-moderating, follow desire lines, offer insight to user behavior, engender community, offer a low cost alternative, and usability"), tout en acceptant quelques inconvénients ("Folksonomies have no synonym control, have a lack of precision, lack hierarchy, have a basic level problem, have a lack of recall, and are susceptible to gaming”).

    Cela mérite quelques commentaires : D’une part, la folksonomy ne se réduit pas au tagging, or elle semble une peu trop assimiler les deux ; d’autre part les inconvénients qu’elle attribue au tagging donnent d’eux-mêmes une réponse : le tagging n’est pas une classification, cela n’a rien à voir. Attribuer des mots clés, n’est pas organiser, loin de là.

    En fait l’objectif est différent (retrouver, mémoriser pour l’un, chercher l’information pour l’autre), le contexte d’utilisation est différent , l’usage est différent. Donc il n’y a pas lieu selon moi d’opposer le tagging et les modes de description des documents utilisés par les professionnels de l’information. Ils peuvent tout à fait co-exister sans se remettre en cause l'un l'autre.

    Quand j’utilise del.icio.us, ou quand je taggue sur ce blog, j’attribue des mots clés de manière très subjective, parfois même mnémotechnique, car ce que je cherche avant tout c’est de me souvenir de tel article ou tel site. J’ « indexe » ainsi quelques centaines de documents. Même si je les partage avec d’autres (et c’est là, je pense l’avantage majeur de la folksonomy), qu’ils trouvent l’info avec mes mots clés, ou pas, ce n’est pas ma priorité.

    Quand j’indexe un document de la bibliothèque, je respecte le vocabulaire contrôlé, parce que l’objectif c’est de permettre aux utilisateurs de retrouver ce qu’ils cherchent parmi des dizaines de milliers de documents. Cela n’a rien à voir.

    Pour conclure, je suis tout à fait pour le tagging et la folksonomy, je pense que les avantages sont multiples et en ce sens je suis assez d’accord avec Ellyssa, tant que l’on reste hors d’un contexte précis : celui de la recherche d’information.

    Cependant dans le cadre des bibliothèques et centres de documentation, les tags peuvent aussi nous servir à voir avec quel vocabulaire nos utilisateurs cherchent pour mieux adapter notre vocabulaire contrôlé et le faire évoluer. L’idéal ? un système qui ferait le lien entre les tags (tiens donc, ne serait-ce pas un genre de langage naturel ?) et les mots clés du catalogue. Mais rien de neuf dans tout cela !!

    Lien permanent Catégories : Le web social 0 commentaire
  • Les tags, le tagging, qu'est ce que ça nous apporte ?

    Sur les sites de Social Bookmarking, sur de nombreux blogs, sur des sites Internet on commence à voir fleurir les tags.

    Derrière ce petit mot, se cache la notion bien connue en documentation de mot-clé. On affecte un ou plusieurs mots-clés (ou tag; marqueur, étiquette) à son site, à son billet, sa photo, sa vidéo, à une personne, à une idée, ou à son bout de texte. Bref il s'agit d'une forme d'indexation. Alors les tags c'est super ou c'est pas super ?

    "Mais oui c'est super : le web commence à s'organiser, c'est le premier pas, on va tout droit vers le web sémantique, on peut naviguer de tag en tag, tout un chacun va pouvoir indexer ses documents. C'est justement cette dimension sociale, le fait de pouvoir les partager avec tous les internautes qui en fait leur intérêt et leur force."

    " Oui mais, un mot clé ça ne se donne pas comme ça, avec les problèmes de polysémie, de langue on va avoir encore plus de bruit que sur Goggle (c'est dire !!), n'importe qui va indexer n'importe comment".

    Bref, vous l'aurez compris...je suis encore partagée...

     

    Lien permanent Catégories : Le web social 0 commentaire