Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Digital Literacy

A lire cet article de Birger Hjørland de la Royal School of Library and Information Science au Danemark et intitulé "Information literacy and digital literacy".

Il (Elle ?) définit notamment les 7 aspects de l'IL ainsi :

  1. Information technology conception - using information technology for information retrieval and communication
  2. Information sources conception - finding information
  3. Information process conception - executing a process
  4. Information control conception - controlling information
  5. Knowledge construction conception - building up a personal knowledge base in a new area of interest
  6. Knowledge extension conception - working with knowledge and personal perspectives adopted in such a way that novel insights are gained
  7. Wisdom conception - using information wisely for the benefit of others.

On dirait des compétences en...architecture de l'information...pour archithécaires ?

Lien permanent Catégories : Définitions, Formation, Métier 2 commentaires

Commentaires

  • c'est "il", un super chercheur qui a beaucoup travaillé depuis 1973 ! sur l'organisation des connaissances.. (tiens - le bonhomme - http://www.db.dk/ombiblioteksskolen/medarbejdere/default.asp?cid=683&tid=4-

    Pour cette liste qui concerne le citoyen (et nous), je suis toujours perplexe sur l'absence de compétence dans le domaine de la "gestion et maintenance". On passe de la conception/construction à la conception/extension, mais entre les deux, il y a des compétences d'une autre nature et un contexte particulier. De façon générale, dans tous les curriculum ou référentiels dans le domaine, la partie "gestion/maintenance" (incluant l'intendance) pourtant très importante dans le quotidien de tous (voir les travaux de Béatrice Vacher) est totalement oubliée. Qu'en penses tu d'ailleurs ?

    Quant à l'archithécaire (qui fait référence ici aux pros de l'infodoc), puis que tu en parles, je ne trouve pas que ce soit un bon terme.
    Il enferme encore sur la thèque alors qu'une partie non négligeable des compétences et activités des pros de l'infodoc sont en dehors de ces thèques (y compris au plus près des utilisateurs, chez "eux" et/ou dans leurs systèmes). Lorsque les frontières de ce qui s'appelaient "thèques" soit disparaissent, soit sont floues et très mobiles, appelle-t-on cela encore "thèque" ? Encore une fois, se cristalliser sur ce terme et ce qu'il représente (système fermé) constitue pour moi un frein au développement des mêmes compétences (identifier, rechercher, traiter, gérer, communiquer... que nous sommes nombreux à partager) mais avec des logiques assez différentes. Ce sera tout pour ce soir ! Dalb

  • Oui la partie gestion et maintenance reste essentielle et bine souvent absente je suis d'accord.

    Quant à l'archithécaire, même si le choix du mot n'est pas parfait, je l'aime bien. Le thèque ne me gène pas car il peut très bien être virtuel. J'aime encore mieux le terme Information Architect, mais il s'agit plutôt là d'informaticiens (enfin d'après les intitulés de postes) et c'est bien dommage. Je me définirais assez bien comme ça, une "architecte de l'information"

Les commentaires sont fermés.